top of page

L'Hypothyroïdie

Dernière mise à jour : 21 août 2021

Insuffisance de production d’hormones par les glandes thyroïdes entrainant un ralentissement du métabolisme de base. Son installation est souvent insidieuse d'où un diagnostic parfois tardif.


L'influence de la glande thyroïde sur l'organisme est majeure : son rôle est de réguler le métabolisme de base des cellules de notre corps. Elle contrôle la dépense énergétique, le poids, le rythme cardiaque, l’énergie musculaire, l’humeur, la concentration, la température du corps, la digestion, etc. Elle détermine ainsi l’intensité de l’énergie faisant fonctionner nos cellules et organes. Chez les personnes présentant une hypothyroïdie, cette énergie fonctionne au ralenti. Les hormones thyroïdiennes sous contrôle Les 2 principales hormones sécrétées par la thyroïde sont : la T3 (triiodothyronine) et la T4 (tétraïodothyronine ou thyroxine). Toutes deux comprennent le terme « iodo », car l’iode est un de leur composant, indispensable à leur production. La quantité d’hormones produites est sous le contrôle d'autres glandes, situées dans le cerveau : l’hypothalamus et l’hypophyse. L'hypothalamus commande à l'hypophyse de produire l'hormone TSH (pour Thyroid Stimulating hormone). À son tour, l’hormone TSH stimule la thyroïde pour qu’elle produise les hormones thyroïdiennes, dont la T3 et la T4. On peut détecter une hypoactivité ou une hyperactivité de la glande thyroïde par une prise de sang permettant de mesurer le taux de TSH dans le sang.
En cas d’hypothyroïdie, le taux de TSH est élevé, car l’hypophyse réagit au manque d’hormones thyroïdiennes (T3 et T4) en sécrétant davantage de TSH. Par ce moyen, l’hypophyse tente de stimuler la thyroïde pour qu’elle produise plus d’hormones. En situation d’hyperthyroïdie (lorsqu'il y a trop d’hormones thyroïdiennes), l’inverse se produit : le taux de TSH est bas parce que l’hypophyse perçoit l’excès d’hormones thyroïdiennes dans le sang et cesse de stimuler la glande thyroïde. Même au tout début d’un problème thyroïdien, le taux de TSH est souvent anormal.

Quelles sont les causes de l'hypothyroïdie ?


Causes congénitales vraies (1 bébé sur 4000) Ex : carence en iode (rare de nos jours dans pays industrialisés mais concerne encore 2 millions d’individus sur la planète)

Thyroïdite de Hashimoto.

Traitement qui altère la glande thyroïde. Un traitement à l'iode radioactif pour soigner une hyperthyroïdie ou une chirurgie pour enlever la glande thyroïde (en raison d'un nodule, d'une tumeur ou d'un cancer à la thyroïde) engendre une hypothyroïdie permanente dans environ 80 % des cas. Aussi, un traitement de radiothérapie au cou cause une hypothyroïdie passagère dans environ 50 % des cas, et une hypothyroïdie permanente dans environ 25 % des cas.

Thyroïdite post-partum : Chez 8 à 10 % des femmes, une réaction auto-immune contre la thyroïde peut se déclencher quelques semaines à quelques mois après l’accouchement15. Dans 40 % des cas, cette thyroïdite entraîne une hypothyroïdie, dont les symptômes sont plus ou moins marqués. Ils sont le plus souvent transitoires.


D’autres causes plus rares :

Certains médicaments. Le lithium, par exemple, utilisé contre certains troubles psychiatriques, ou l’amiodarone (médicament contenant de l'iode), prescrit contre les troubles du rythme cardiaque, peuvent entraîner une hypothyroïdie.

Un mauvais fonctionnement de l'hypophyse, la glande qui régule la thyroïde par l'hormone TSH (représente moins de 1 % des cas).

Une infection bactérienne ou virale à la glande thyroïde


Personnes à risque

  • Les femmes âgées de plus de 50 ans.

  • Les personnes qui ont des antécédents personnels ou familiaux de maladie de la thyroïde ou de maladie auto-immune (diabète de type 1, maladie cœliaque, l’arthrite rhumatoïde, etc.).

  • Les femmes qui ont enfanté au cours de l’année.


Facteurs de risque

  • Le tabagisme durant l’allaitement est à risque pour l'enfant. Il est possible que le tabagisme de la mère diminue la quantité d’iode passant dans le lait maternel, ce qui pourrait affecter la fonction thyroïdienne de son bébé.

  • Des carences nutritionnelles, particulièrement en iode, en sélénium et en zinc.

  • Un excès d’iode. À titre d’exemple, au Japon, où la consommation d’algues est élevée, l’excès d’iode est une cause fréquente d’hypothyroïdie.

  • La prise de certains médicaments, comme le lithium, l’amiodarone ou des médicaments permettant de traiter l’hyperthyroïdie. Les traitements à base d’iode radioactif, une chirurgie ou une radiothérapie de la thyroïde sont également d’importants facteurs de risque d’hypothyroïdie.

  • Une consommation très abondante d’aliments goitrogènes. Certains aliments, lorsqu’ils sont consommés en très grande quantité, inhibent la captation de l’iode par la glande thyroïde, ce qui empêche la fabrication normale des hormones thyroïdiennes. On les appelle aliments goitrogènes, car ils peuvent à terme causer un goitre. Ce sont les crucifères : chou de Bruxelles, chou, chou-fleur, brocoli, chou frisé, feuilles de moutarde, rutabaga, radis, raifort, etc.), manioc, patates douces, graines de soya, arachides et millet. Cette situation survient très rarement dans les pays industrialisés, car les gens ont accès à une grande variété d’aliments. Dans certaines régions d’Afrique, en revanche, le manioc est un aliment de base. Il y est considéré comme une des causes majeures de goitre. Généralement, la cuisson lui enlève cet effet goitrogène.

NB :

La thyroïdite d’Hashimoto est une forme d’hypothyroïdie d’origine auto-immune

Les hormones thyroïdiennes sont impliquées dans l’ensemble du métabolisme (fonctions cérébrales, poids, régulation thermique…)

Chez le sujet masculin, les signes peuvent être moins nets (déprimé, dort tout le temps...)

Thyroïde et obésité: une élévation de la TSH, associée à une baisse de la T4 Libre (hypothyroïdie), est responsable d'une prise de poids. L'organisme fonctionne en hypo métabolisme, ce qui favorise la constitution de réserves hydrique et graisseuse. Notre mode de vie et notre régime alimentaire sont la plupart de temps responsables.

Ménopause : La ménopause entraîne un tumulte hormonal important. Elle correspond à un nouveau pic d'anomalies thyroïdiennes. C'est le retour à l’harmonie glandulaire qui règle les problèmes et non le traitement de la TSH.

La thyroïde et le vieillissement : avec l'âge, on observe davantage d'hypothyroïdies (affaiblissement de la glande) avec TSH élevée et T4 normale

En cas d'hypothyroïdie, la femme enceinte grossit beaucoup, mais c'est le fœtus qui souffre le plus et notamment dans son développement cérébral au cours du premier trimestre.


Signes / symptômes

¨ Visage bouffi

¨ Œdème des paupières

¨ Frilosité

¨ Prise de poids

¨ Constipation

¨ Diminution de l’entrain/ Ralentissement psychomoteur

¨ Taux élevé de cholestérol

¨ Faiblesse musculaire et myalgie

¨ Paresthésies

¨ Dyspnée d’effort

¨ Trouble du cycle menstruel, infertilité

¨ Somnolence, confusion, perte de mémoire

¨ Perte de cheveux et ongles cassants, diminution de la queue du sourcil

¨ Goitre

¨ Voix rauque et macroglossie

¨ Hypertension artérielle et bradycardie


Complications possibles

· Thyroïdite d’Hashimoto (donc inflammation de la glande thyroïdienne)

· Arrêt complet de la production d’hormone

. Evolution vers la forme sévère myxœdème (stade ultime très rare) visage bouffi, une coloration jaune et une sécheresse de la peau, qui semble épaissie. Dans les cas graves, certaines conditions (une infection, le froid, un traumatisme, une chirurgie, etc.) peuvent entraîner une perte de conscience ou un coma « myxœdémateux ». En outre, des études laissent croire que les personnes en état d’hypothyroïdie depuis plusieurs années sont plus à risque de maladies cardiovasculaires.

· Chez la femme enceinte fausse couche/ retard de croissance pour l’enfant, crétinisme


Approche allopathique :

L’hormone de synthèse la plus prescrite est la thyroxine (T4) sous forme de Lévothyroxine sodique en comprimé (Levothyrox®, Novothyral®, Levothyroid® ou Synthroid®)

Il est recommandé d'attendre 4 heures avant d'ingérer les produits suivants, qui interfèrent avec l'absorption de la thyroxine : - les produits qui contiennent du soya; - les suppléments de calcium, de fer ou les antiacides qui contiennent du calcium ou de l'hydroxyde d'aluminium.


Approche Naturopathique


COMMENT REVITALISER UNE THYROÏDE ?


· Gymnastique du cou, Compression (position de la charrue en yoga, chant ((les chants font vibrer les cordes vocales en libérant le larynx, les émotions sont libérées à l'ouverture du pharynx)

· Repos / sommeil

· Alimentation vivante avec apport d’oligoéléments : iode, Zn, Fe, sélénium :

o Iode : les poissons de mer (anchois, dorade, maquereau, morue, sardine, etc.), les algues et le sel de table.

o sélénium : noix du Brésil, huîtres, thon.

· Zinc : les fruits de mer (les huîtres en tête de liste)

· Mélisse, Chardon-marie, verveine citronnée

· Respirations diaphragmatiques

· Élixirs floraux : Olivier, mimulus, tremble, orme, chêne

· Activités artistiques : Peinture, sculpture, danse, musique, théâtre…

· Alimentation riche en Iode : algues, fruits de mers, abricots, cresson, laitages.

· Plasma de Quinton

· Plantes régulatrices : Maca, fucus, avoine, thym, lithothamme, mélisse.

· HE Myrthe + HV en massage sur la glande 2x/jours

· Importance de relancer les surrénales qui sont épuisées de palier (oméga 6 huile d'onagre)

· HE thym, cyprès, girofle

· Traitement de la porosité intestinale

· Exercice physique régulier => incite la glande thyroïde à produire des hormones et augmente la sensibilité des tissus aux hormones thyroïdiennes

41 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page